En 1974, la Colombie est désignée pays organisateur de la Coupe du Monde 1986. Novembre 1982, la Colombie se retire affirmant qu’elle ne peut suivre les règles d’organisation de la FIFA imposant de trop lourdes contraintes économiques au pays. Mai 1983, le Mexique remporte l’organisation devant le Canada et les Etats-Unis. Huit mois avant la Coupe du Monde, le pays est victime d’un tremblement de terre qui ne viendra pourtant pas perturber l’organisation. Le Mexique devient le premier pays à organiser deux Coupes du Monde. L’Estadio Azteca devient le premier stade à accueillir deux finales de Coupe du Monde.

Le format de la compétition change encore : fini la phase de groupe lors du deuxième tour, place désormais à des huitièmes de finale. Format inchangé depuis.

Pour la première fois, les groupes ne sont plus désignés par des numéros mais par des lettres.

Après les scandales des dernières journées lors des deux précédentes éditions, il est décidé que les matchs comptant pour la dernière journée d’un groupe seront disputés en même temps.

Le Danemark, l’Irak et le Canada participent à leur première phase finale.

L’Algérie devient le premier pays africain à participer à deux phases finales consécutives.

José Batista, exclu à la 56e seconde d’Uruguay – Ecosse, devient le joueur recevant le carton rouge le plus rapide de l’histoire. Il est donné par un arbitre français : Joel Quiniou.

Altobelli, auteur du dernier but de l’édition 82 inscrit le premier but de l’édition 86.

La Coupe du Monde 1986 est celle qui introduit la « Ola » dans les stades.

En s’imposant 3-1 face au Portugal, le Maroc devient le premier pays africain à se qualifier pour le deuxième tour, le deuxième non européen ni américain à y parvenir (le premier étant la Corée du Nord en 1966).

saltillo

Côté portugais, la Coupe du Monde mexicaine reste un mauvais souvenir : outre l’élimination, on retiendra la grève d’entraînement décidée par les joueurs entre le premier et le deuxième match pour des histoires de primes. L’affaire est connue sous le nom Caso Saltillo du nom de la ville où était logée la délégation portugaise.

Mexique – Bulgarie est rentré dans l’histoire des Coupes du Monde grâce au ciseau de Manuel Negrete. Il permet à la Tri d’égaler la meilleure performance de son histoire : un quart de finale.

Argentine et Uruguay se retrouvent face à face pour la première fois depuis 1930 ! Cette fois, ce sont les argentins de Maradona qui s’imposent.

Autre huitième de finale entré dans l’histoire : la victoire belge sur l’URSS. Après s’être séparés sur un 2-2 lors des 90 premières minutes, les deux équipes inscriront trois nouveaux buts en prolongation. C’est la Belgique qui sortira vainqueur du duel, elle terminera la compétition à la quatrième place, sa meilleure performance.

Argentine – Angleterre deviendra quant à lui l’objet d’un culte. Entre la Main de Dieu et la chevauchée fantastique, Maradona marque à jamais les esprits lors d’une rencontre chargée sur le plan politique. Maradona reproduira sa chevauchée fantastique en demi-finale face à la Belgique. L’Argentine se qualifie et file vers sa deuxième couronne mondiale.