Pour la première fois, une nation du continent nord-américain se porte candidate à l’organisation de la Coupe du Monde. Le 8 octobre 1964, la FIFA annonce officiellement que la Coupe du Monde, pour la première fois, ne sera organisée ni en Europe, ni en Amérique Latine.

Après une décennie d’affrontements politiques (notamment sur les lois sur l’immigration), le football sera le catalyseur de la Guerre de Cent Heures entre le Honduras et le Salvador. Lors du match aller de l’avant-dernière étape pour la qualification, le Honduras s’impose chez lui à la dernière minute face au Salvador dans un contexte de fortes grèves dans la capitale ayant causé bien des perturbations pour les joueurs salvadoriens. Le match retour voit la violence franchir un palier : après avoir vu leur hôtel incendié, les joueurs honduriens seront privés de sommeil, leurs supporters pris à partie. Il y aura deux morts. En représailles, le Honduras ferme ses frontières, les résidents salvadoriens vivant au Honduras seront victime de violences entrainant blessés et morts. Chaque équipe ayant remporté un match, la qualification pour le tour final se jouera sur terrain neutre. Le 26 juin, le Salvador s’impose après prolongations face au Honduras dans un contexte de violences et d’émeutes. Les deux pays rompent leurs relations diplomatiques. Le 14 juillet, la guerre éclate entre les deux pays.

Israël, Maroc et Salvador participent pour la première fois à une phase finale.

Pour la première fois, la compétition est retransmise en couleurs.

Pour la première fois, Adidas est désigné pour fournir le ballon officiel. Personne d’autre n’a pris la place depuis.

Panini réalise son premier album pour une Coupe du Monde

A partir de cette édition, les équipes ex-aequo seront départagées à la différence de but et non plus au goal average.

Mexique – URSS est le match des premières : premier remplacement de l’histoire lorsque Anatoliy Puzach remplaça Viktor Serebryanikov. Premier carton jaune de l’histoire pour Evgeny Lovchev.

Juan Ignacio Basaguren devient le premier remplaçant à inscrire un but.

Pour la première fois depuis 32 ans, l’Italie se qualifie pour une demi-finale.

Pour la première fois, les quatre demi-finalistes sont d’anciens champions du monde.

Jairzinho est le quatrième et dernier joueur de l’histoire à inscrire au moins un but à chaque rencontre qu’il a disputé.

Pelé est le second joueur de l’histoire à marquer lors de deux finales, le seul, avec Uwe Seeler à avoir inscrit un but lors de 4 Coupes du Monde.

Mario Zagallo devient le premier ancien joueur à remporter également une Coupe du Monde en tant qu’entraîneur.

 Angleterre – Brésil avec Banks face à Pelé, Brésil – Uruguay avec Pelé face à Mazurkiewicz, ou encore Italie – Allemagne en demi-finale : autant de rencontres qui ont fait la légende de la Coupe du Monde 1970.

Carlos Alberto est le premier joueur à embrasser le trophée avant de le soulever. C’est la dernière apparition du trophée Jules Rimet. Le Brésil le remportant pour la troisième fois, il le conservera.