Les stades

antibes

10 villes hôtes sont désignées pour la Coupe du Monde française. Seule neuf accueilleront un match, la rencontre Suède – Autriche prévue à Lyon étant annulée après l’annexion de l’Autriche. Cette troisième édition est un succès populaire, la France réussissant le record d’affluence.


Sur le terrain

Pour la première fois, pays hôte et tenant du titre sont qualifiés d’office. Sur les 14 places restantes, 11 furent données à l’Europe. Il n’y aura donc que 3 équipes non européennes, record historique.

Annexée par l’Allemagne avant la compétition, l’Autriche, pourtant qualifiée, déclare forfait. De nombreux joueurs autrichiens participeront à la Coupe du Monde avec l’Allemagne à l’exception de la star autrichienne, Matthias Sindelar qui refusa. La FIFA aurait pu repêcher la Lettonie, éliminée par l’Autriche en qualification, mais ne le fera pas. Après le refus de l’Angleterre de participer, la Suède va donc se retrouver quart de finaliste sans jouer.

Cuba et les Indes Orientales néerlandaise (aujourd’hui Indonésie) participent à leur première et dernière (à ce jour) Coupe du Monde. Première participation de la Pologne et de la Norvège. Ce dernier attendra ensuite 60 ans pour revenir en phase finale, la Pologne (tout comme les Pays-Bas) attendant 40 ans.

L’Allemagne est éliminée au premier tour. Fait unique dans l’histoire de la compétition.

leonidas

Leônidas, meilleur buteur de la compétition est l’inventeur de la bicyclette. Il est formé à São Cristóvão, club qui fera éclore un autre buteur brésilien entré dans la légende : Ronaldo.

Ernest Wilimowski devient le premier joueur à inscrire 4 buts au cours du même match. Malheureusement pour lui, la Pologne s’incline.

Comme en 1934, l’Italie remporte la totalité de ses rencontres. Vittorio Pozzo devient à cette occasion le premier (et demeure le seul) entraîneur à soulever deux fois le trophée.

Brésil – Tchécoslovaquie disputé à Bordeaux est connu sous le nom de Bataille de Bordeaux. Le 12 juin, pour l’inauguration du Parc Lescure, les bordelais vont assister à un match d’une violence rare. Les brésiliens musclent le jeu et présentent leur face obscure. Plánička termine la rencontre malgré un bras droit cassé, Košťálek est touché au ventre, Nejedlý doit sortir, la jambe brisée. Trois joueurs sont expulsés. La rencontre se termine sur un résultat nul 1-1 et est donc rejouée 48h plus tard. Privée de plusieurs titulaires, la Tchécoslovaquie s’incline.